• Demande que ce jour de fête ne soit pas exploité et souligne que "ceux qui d'autres partis ou entités distribuent des cartes de qui peuvent être fiers de leur orientation sexuelle ne sont pas sortis du placard, mais de la caverne"
• Il affirme que Díaz essaie d'utiliser VOX "pour cacher qu'il est responsable de la perte du gouvernement andalou après 40 ans de socialisme et de sa crise de leadership au sein du PSOE"
Le secrétaire général adjoint du Parti populaire andalou, Toni Martín, accompagné du coordinateur général de NNGG-A, José Carlos García, a présenté aujourd'hui, à l'occasion de la journée internationale des droits LGBTI, la campagne « Andalousie plus diversifiée », visant à reconnaître la réalité et soutien au collectif LGTBI (lesbiennes, gays, transsexuels, bisexuels et intersexués).

Martín a souligné que "de la part de la politique et des pouvoirs publics, il est essentiel de reconnaître la réalité du collectif LGTBI et cela doit se traduire par un soutien à leurs revendications et par la lutte contre tout type de discrimination et de crime de haine qui va à l'encontre du libre développement de sa propre personnalité.

Martín a souligné que le gouvernement andalou présidé par Juanma Moreno, "en plus d'être le premier dans l'histoire de l'Andalousie qui n'exploitera la condition sexuelle de personne contre personne, travaille et travaillera, uniquement et exclusivement, pour favoriser les droits de ce groupe » et a insisté sur le fait que « le nouveau gouvernement sera une référence pour soutenir ce groupe, réaffirmant son engagement à défendre l'égalité et à reconnaître et respecter la diversité de tous ».

Dans ce sens, il a souligné que "dans la reconnaissance de leurs droits, nous n'allons pas reculer ni prendre de l'élan" et a fait remarquer que "nous comptons sur l'ensemble de la communauté LGTBI pour établir les lignes d'action de la législature actuelle". En fait, a-t-il ajouté, "le gouvernement de changement est aussi le gouvernement de changement en faveur de ces groupes et de nombreuses mesures ont été mises en place depuis leur arrivée".

Asimismo, el vicesecretario general del PPA ha indicado que “afortunadamente no existe ni va a existir en democracia ninguna entidad ni partido político que tenga la más mínima autoridad para creerse que ellos son los que reparten carnés de quien puede sentirse orgulloso de su condición sexual y qui non". "Celui qui fait cela n'est sorti d'aucun placard, il est sorti d'une grotte."

Pour cette raison, il a exigé qu'un jour de "célébration" comme le 28 juin ne soit pas instrumentalisé. "Je demande un peu de dignité à ceux qui essaient d'utiliser la gay pride comme arme politique car aujourd'hui c'est un jour férié pour tout le monde."
Dans ce sens, Martín a également évoqué l'instrumentalisation politique constante que le PSOE et sa secrétaire générale en Andalousie, Susana Díaz, ont développée ces derniers mois. "La seule personne qui parle de VOX en Andalousie dans cette affaire, et dans toutes les autres, est Susana Díaz, qui le fait pour que sa triste réalité ne soit pas évoquée, car, quoi qu'elle fasse, Díaz restera dans l'histoire pour être responsable du PSOE qui a fait perdre le gouvernement andalou au socialisme après 40 ans ».

De la même manière, il a ajouté que Díaz "parle de VOX parce qu'il ne veut pas parler de la crise de leadership du PSOE andalou, qui attend que le remplaçant de Díaz arrive sur l'AVE, trié sur le volet par Pedro Sánchez". Enfin, il a estimé que Díaz voulait également éviter de parler "d'un nouveau gouvernement en Andalousie qui crée des emplois, qui fait croître l'économie et qui défend les droits et les libertés des Andalous comme aucun autre".