[vc_row][vc_column][vc_column_text]· Le président du PP d'Andalousie assure que « le Parti populaire est le seul capable de défendre la Constitution, l'égalité et la solidarité entre tous les Espagnols »

· Il défend que « en Andalousie, les choses fonctionnent parce qu'il y a un gouvernement sérieux, une stabilité politique et institutionnelle et que nous gouvernons pour tous, peu importe ce pour quoi ils votent et pensent ce qu'ils pensent »

· Il affirme que Pedro Sánchez a écrasé l'essence idéologique et programmatique du PSOE pour en faire un mouvement populiste dont le seul objectif est d'accéder au pouvoir et d'y rester

« Un Andalou ne peut pas être un Espagnol de seconde zone, un Andalou ne permettra jamais que sa dignité soit piétinée, quel que soit son degré de président. Que M. Sánchez soit clair. C'est le message clair et retentissant que la présidente du PP d'Andalousie et du gouvernement andalou, Juanma Moreno, a adressé ce dimanche au secrétaire général du parti socialiste, à qui il a reproché d’avoir tenté de construire un « mur de béton pour diviser les citoyens entre les bons et les mauvais Espagnols ».

Ainsi, Moreno a affirmé la nécessité de « continuer à défendre avec force un modèle de coexistence entre tous les Espagnols » car, comme il l'a dit, « ici il n'y a pas de bons et de mauvais Espagnols, ici il n'y a que des Espagnols qui veulent travailler, progresser et offrir les meilleurs." à leurs familles. "

Lors de son discours de clôture de la VIe École d'Automne du PP de Séville, tenue à Carmona, le président andalou a spécialement critiqué les « concessions économiques » que Sánchez fait au mouvement indépendantiste, en mettant l'accent sur le transfert de 6% des impôts à La Catalogne avec laquelle, selon lui, "brise de facto le principe de solidarité interterritoriale, de solidarité de progrès entre les communautés les plus prospères et celles qui ont besoin d'avancer".

Face à cela, Juanma Moreno s’est demandé « où est le PSOE d’Andalousie pour protester avec force contre la suspension des valeurs qui ont été essentielles dans son discours et dans son récit politique ? Et il de poursuivre : « Où est passée la gauche, quand pourra-t-elle parler d'égalité, de solidarité, comment pourra-t-elle parler des inégalités avec un minimum de dignité et sans rougir, alors qu'elle privilégie une élite d'indépendance. Le catalan au détriment des communautés autonomes moins riches ?

Moreno a conclu que « ce sanchismo qui a détruit le PSOE que nous avions connu est devenu un mouvement populiste qui vise uniquement à atteindre et à rester au pouvoir, en écrasant l'essence idéologique et programmatique du PSOE ». Et il regrette que tout cela se passe « sans que personne ne puisse élever la voix » dans ce parti, comme au loi d'amnistie.

Dans ce scénario, le président andalou a réitéré que « depuis l'Andalousie, la troisième communauté en termes de PIB et la plus peuplée d'Espagne, nous allons mener la bataille institutionnelle, politique et judiciaire pour que l'Espagne continue d'être un pays où nous avons les mêmes droits, les mêmes opportunités et les mêmes libertés, où que nous vivions.

Moreno a affirmé que "le seul parti qui défend aujourd'hui la Constitution, l'égalité et la solidarité, à cause de l'absence de notre adversaire, à cause de l'abdication du PSOE de ses valeurs les plus fondamentales, est le PP". Un parti qui gouverne pour tous et qui, selon ses propres termes, « ne construit pas de murs, ne divise pas la société et ne dresse pas les Espagnols les uns contre les autres ».

Le président des Andalous populaires a souligné que "en Andalousie, les choses fonctionnent parce qu'il y a un gouvernement sérieux, il y a une stabilité politique et institutionnelle, et nous gouvernons pour tous, peu importe ce pour quoi ils votent et ce qu'ils pensent".

C'est pourquoi, face aux griefs, il a insisté sur le fait que « l'Andalousie, avec ses propres ressources, fera tout ce qu'elle peut », comme elle l'a fait jusqu'à présent. Dans ce sens, en réponse au paiement de 50% des fonds de l'Agence que Sánchez va accorder au Pays Basque, Moreno a expliqué que "nous, les Andalous, payons 79% avec nos impôts" et a demandé si "Un employé basque est plus que un employé andalou ?

Pour le président andalou, « la solidarité et l’égalité se travaillent à partir de la vérité, en investissant davantage dans la santé, l’éducation et les services sociaux, en transformant la société », comme le fait le gouvernement de la Junte. "Nous allons continuer à travailler avec tous nos efforts et avec audace pour avancer malgré les difficultés", a-t-il assuré.

Enfin, Juanma Moreno a prévenu que la Législature qui s'ouvre va être « très compliquée, où tout un pays va dépendre de la volonté d'une série de messieurs, des fuyards de la Justice qui vont décider à leur guise. » De même, il a souligné que ce sera une législature « avec beaucoup d'incertitudes, où le président fera des choses qui n'ont jamais été faites en démocratie, il brisera les normes écrites et non écrites ».

Face à ces circonstances, Moreno a garanti "une réponse calme, énergique et décisive de la part de l'ensemble du PP en Espagne, avec Alberto Núñez Feijóo à sa tête, et du Parti populaire d'Andalousie". "Nous allons continuer à travailler pour que l'Espagne continue d'être ce pays fier, vital et capable, qui fait que le monde en tombe amoureux, comme nous l'avons vu avec les Latin Grammys." « C’est notre réalité et nous allons la défendre bec et ongles. Égalité pour l'Espagne, égalité pour les Espagnols et dignité pour ce grand pays, qui le mérite », a-t-il conclu.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

L'Andalousie se battra pour que l'Espagne continue d'être un pays d'Espagnols égaux

[/vc_column_text][vc_video link=»https://www.youtube.com/watch?v=D7ckhL_7KpA»][vc_column_text]Juanma Moreno, présidente de la Junta de Andalucía : « Ne laissez pas Sánchez croire que nous allons oublier à Noël ce qu'il fait. En Andalousie, nous allons lutter pour que l’Espagne continue à être un pays d’Espagnols égaux. Un Andalou ne sera jamais un Espagnol de seconde zone."[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]