• Le Parti Socialiste marginalise l'Andalousie dans sa planification ferroviaire, démontrant la répartition inégale des investissements entre les communautés autonomes
  • Face au blocus et aux doléances du Parti Socialiste contre notre territoire, le Parti Populaire d'Andalousie exige une révision de cette planification ferroviaire pour améliorer la vie des Andalous avec des opportunités pour tous.
Train d'Andalousie

Le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez marginalise une fois de plus l'Andalousie dans sa planification ferroviaire, qui montre un répartition inégale et inacceptable des investissements. Avec un investissement global de 24.000 milliards d'euros jusqu'en 2026, sSeulement trois des 47 projets proposés sont destinés à notre communauté, bien qu'elle abrite 18% des Espagnols.

Pendant ce temps, des communautés comme la Catalogne et Valence ont respectivement 13 et 12 projets, laissant l'Andalousie derrière l'Espagne. De même, Juanma Moreno a dénoncé lors de la séance plénière du 2 mai : "Pourquoi un Andalou doit-il être plus petit ?", regrettant le "mépris" subi par notre communauté par le ministre du Développement ou le gouvernement espagnol en général.

Les données sont alarmantes : Sur les 20 études informatives approuvées, une seule a lieu en Andalousie, en particulier celui relatif à Contournement d'Almodóvar del Río. Aussi sur les 27 études en cours, seulement deux pour l'Andalousie, le projet AVE Séville-Huelva étant pratiquement exclu par le ministre « parce qu'il coûte très cher ».

Cette inégalité augmente de jour en jour. Dernier exemple récent : lorsque le gouvernement espagnol alloue de nouveaux trains ultramodernes au nord de la péninsule, alors que L'Andalousie recevra des trains d'occasion recevoir les restes.

Face au blocus et aux doléances du Parti Socialiste contre notre terre, Le Parti Populaire d'Andalousie exige une révision de cette planification ferroviaire qui garantit un développement juste et optimal pour tous les Andalous. Le gouvernement populaire de Juanma Moreno ne va pas cesser d'exiger ce que notre communauté mérite depuis des années, en travaillant main dans la main avec les Andalous pour continuer à apporter des solutions à leurs problèmes.

Le panorama ferroviaire en Andalousie présente un grande liste de projets en attente qui représentent un grief du gouvernement Sánchez à notre terre. Parmi les infrastructures les plus remarquables figurent :

  • Nouvel accès ferroviaire à la capitale d’Almería : Malgré l'investissement de 48 millions d'euros du gouvernement andalou, le retard des travaux met en péril le financement européen prévu.
  • Ligne à grande vitesse Almería-Murcie : Même si les travaux ont été adjugés pour 328 millions d'euros, la pose des voies, l'électrification et les installations de sécurité sont encore en phase de rédaction.
  • Liaison Almería-Grenade: La demande d'une ligne Cercanías qui relierait Almería et Bajo Andarax, ainsi que l'ouest d'Almeria, reste sans réponse.
  • Renouvellement de la ligne entre Algésiras et Bobadilla: Malgré les récompenses, l'électrification et d'autres améliorations n'ont pas encore commencé, le délai officiel d'achèvement s'étendant jusqu'en 2027.
  • Extensions des trois centres périurbains (Séville, Malaga et Baie de Cadix) : Ils n'attaquent toujours pas. Le gouvernement central ne prévoit pas de nouveaux centres de banlieue.
  • AVE Huelva-Séville: Rejeté par le Gouvernement et exclu de tout projet de Grande Vitesse jusqu'en 2050 par le Parlement européen.
  • AVE Cadix: Il n’y a pas vraiment de projet de le faire avec une Ligne à Grande Vitesse mais plutôt des lignes conventionnelles adaptées.
  • Liaison ferroviaire entre les baies de Cadix: Bien que cela soit proposé comme une nécessité, aucune procédure pour sa viabilité n'a encore été finalisée.
  • Train côtier Malaga-Marbella: Rejeté par le gouvernement, bien qu'il touche plus de deux millions d'habitants.
  • Liaison aéroport Santa Justa-Séville: Malgré les promesses d'appel d'offres, le projet reste en phase initiale, générant des incertitudes sur sa réalisation.